Welcome

#317 Saving Mister Banks

disney-saving-mister-banks-mary-poppings-tittle

Habituée au format série où les intrigues se développent sur de longues heures et où les personages sont plus travaillés car sur la durée, je vous parle rarement de films. Je me lance aujourd’hui avec « Dans l’ombre de Mary » ou « Saving Mister Banks » en VO, le dernier Disney réalisé par John Lee Hancock avec Tom Hanks et Emma Thompson qui sort ce mercredi 5 mars. (entre nous, le titre original est beaucoup plus juste que le français, un peu à côté de la plaque).

saving_mr_banks_dans-l'ombre-de-mary-poppins-walt-disney-affiche-cover-poster

En préambule, il faut savoir que Mary Poppins est peut-être l’un de mes « chef d’oeuvre » Disney favori. Aussi bien par son univers, que par ses chansons. Alors quand je vois qu’un film à son propos sort sur les écrans, c’est un peu comme quand Tim Burton fait Alice au pays des merveilles : je suis toute émue. (je ne dis pas que le résultat était bon, haha)

Place au pitch : quel est donc le sujet du film ?

Walt Disney nous narre comment Mary Poppins s’est retrouvé sur les écrans dans les années 60. Comment son auteur, P.L Travers, a cédé les droits de son livre à Walt Disney himself, et comment son adaptation magistrale a pu enfin voir le jour, non sans péripéties. La véritable histoire de Mary Poppins en quelque sorte.

saving_mr_banks_dans-l'ombre-de-mary-poppins-walt-disney-film-poster

Trop cool, c’est bien ou pas ?

Autant je vénère le film Mary Poppins, autant je ne m’étais jamais renseignée sur son histoire, ni même n’ai-je pris le temps de feuilletter le livre de Pamela Travers. Ce film avait donc tout à m’apprendre. Je l’ai visionné comme une inculte, fascinée par cette histoire véridique. Je pense que ça aide pour apprécier toute l’intrigue de ce long métrage. Tout le monde sait que le film a vu le jour, le suspens se résume donc à savoir comment.

Tom Hanks interprète un Walt Disney crédible et passionnant. Emma Thompson incarne une auteur froide, aigrie et névrosée, très antipathique. Elle réussit l’exploit d’être détestable et attachante, on comprend ainsi dans son rôle tout l’art de Disney à nous émouvoir d’un rien, ou d’une situation plutôt banale. Le film est donc porté par deux acteurs exceptionnels, qui nous tiendront en haleine jusqu’au bout.

Walt Disney devient presque un personnage secondaire, tant l’attention est portée sur l’auteur P.L Travers et sa psychologie. Le film réussit habilement l’exercice de retracer l’enfance de l’auteur tout en étant ancré dans le présent de l’époque et sur la cession des droits de l’oeuvre.

Saving-Mr-Banks-Movie-image

Les points négatifs

Même si il est question de Marie Poppins durant tout le film, on retrouve que trop peu d’éléments du film iconique. J’aurais personnellement souhaité voir plus de costumes, de croquis, d’affiches, de casting ou autres. On a l’impression que les chansons ont été écrites en 30 secondes par les auteurs, d’une facilité trop déconcertante. Moins passionnée par l’auteur que par l’oeuvre de Walt Disney, il m’a manqué ces petits morceaux d’histoires.

Bilan

Un beau film, surprenant par son histoire et attendrissante par ses personnages charismatiques. Un plaisir des yeux parfois pour les décors Los Angeles années 60 comme les avions, aéroports, hôtels, peluches Disney ou encore le fameux parc à thème. Même si parfois le film est un peu niais (car Disney tout de même), il n’en est jamais chiant. Mention spéciale pour Emma Thompson, détestable à souhait, aux répliques cinglantes. Petit coup de coeur pour le petit rôle de Rachel Griffiths (de 6 feet under) en véritable Poppins.

Victoire.

12 Commentaires

  1. Barbie_Geekette

    Je l’ai vu il y a quelques semaine (une avant-première…) j’ai beaucoup aimé. Pareil, je suis une fan de Mary Poppins, j’avais un peu peur et j’ai complètement découvert l’histoire du film. Bien que long, je ne me suis jamais ennuyée non plus. Perso ça ne m’a pas trop manqué qu’il y ait peu d’éléments du film car je trouve que ça retrace bien sa réticence justement, elle ne voulait pas entendre parler de toutes ces fioritures… Et en fait ça m’a même donné envie de revoir le film et de chanter devant ma télé : laissons s’envoler le beau cerf-volant.
    J’ai, enfin, beaucoup aimé le générique de fin avec les enregistrements originaux où en effet, elle a bien lu le scénario ligne par ligne en s’arrêtant même sur la 1ère phrase et l’Allée des Cerisiers !

    Supercalifragilisticexpialidocious !

  2. Merci pour cette critique !!
    J’ai très envie de voir ce film, même si, j’en conviens, ce n’est surement pas le film de l’année, on doit passer un super moment lorsqu’on est fan de Mary Poppins 🙂

  3. Isabelle de Guinzan

    Ah ses quelques points négatifs ne suffiront pas à me décourager : j’irai le voir, c’est sûr 🙂 Cool de retrouver la Rachel Griffiths (avec un H hein ^^) de Six Feet Under en plus, même pour quelques instants !

  4. cyhame

    HoHo.. je veux bien que cette merveilleuse réalisation (tout autant que scénario et jeux d’acteurs) soit Encré parce que plus noir qu’à l’eau de rose au final (ce qui m’a surprise et désarçonnée parce que fan inconditionnelle -mais niaise- de Mary Poppins je n’avais absolument aucune espèce de début d’idée de sa genèse) mais il est Ancré dans la réalité; Enfin…Victoire!!! Mary Poppins sortez de ce corps 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :