Welcome

#308 Tu ne me likes plus ?

Depuis quelques temps, je pense à rédiger cet article. Compliqué de rassembler mes pensées qui fusent dans tous les sens, tant le sujet me semble complexe. Je ne suis pas experte réseaux sociaux, ni professionnelle en community management et peut-être que certain d’entre vous m’éclaireront dans les commentaires sur cette réflexion. Let’s go.

facebook-dislike unlike j'aime pas

Facebook qui revendique plus d’un milliard d’utilisateurs n’a jamais été aussi désert. Pas en présence je parle, mais en interactions… Combien reste-t-il de vos amis qui n’ont pas de profil ? Plus grand monde. Même les personnes âgées s’y sont mises. C’est peut-être ça d’ailleurs le coeur du problème. Tout le monde est sur facebook. Tout le monde, y compris votre grand-mère, toutes les marques, entreprises et autres. Les pages « fan » se multiplient alors, sans queue ni tête.
Je m’explique : on crée des pages fans pour un artiste, une marque, une entreprise. Mais aussi pour un blog, une communauté, une idée, un projet, un produit, une mode. On peut être fan de Rihanna, comme de la boucherie au coin de la rue ou encore être fan d’une page qui rassemble tous ceux qui trouve que Miley Cyrus devrait changer de styliste. Tout individu qui devient entrepreneur se doit aussi d’avoir sa page : « J’enfile trois perles et je fais un site kitch sur Paint, soyez fan ! »
Je ne vous apprend rien, mais je remarque que l’on est extrêmement sollicité, par tout et n’importe quoi. Tous les jours ou presque, j’ai un « ami » qui lance sa page fan, avec une connerie souvent plus grosse que lui. Alors soit cet ami travaille dans la communication et cherche à buzzer, tel un Cyprien ou un Bapt&Gaël avec un nouveau concept plus ou moins foireux, ou alors cet ami cherche du boulot et met carrément son book professionnel créatif en page fan. Mais oui, bien sur, je suis fan de ton travail ! Si il n’est pas dans la communication, ce sera sa nouvelle start up, le restaurant de son beau-père, la page de son chat qui est trop mignon, etc etc…
Alors parfois on like, pour ne pas froisser. Dès que trois publications sont venues à bout de ma patience, je désactive le flux, histoire de ne pas « unliker » la page, toujours pour ne pas froisser.
Ainsi, les like sont rares. Très rares. Les partages encore plus. On voit parfois les actus, sans y prêter attention. Quand l’actualité semble intéressante, on clique pour aller voir… mais on ne « like » pas. Il faut vraiment qu’il y ait un sursaut d’excitation ou alors du relationnel à travailler avec la personne qui a posté pour appuyer sur le bouton. C’est probablement une raison pour laquelle les sites de trocs de « j’aime » foisonnent sur le web, proposant ainsi du like à gogo, sans aucune valeur, juste pour faire gonfler les compteurs.

Autre inconvénient du like : les notifications. Par malheur j’ai aimé le statut d’un pote, me voilà assaillie de notifications pour me prévenir que 30 autres personnes commentent. C’est la fête à la pastille rouge en haut à gauche. Vous allez me dire : « mais enlève donc les notifications petite sotte ! » Cela demande encore un effort… et parfois, on aime suivre les interactions, car il y a toujours des choses qui nous intéressent. Se couper des notifications peut aussi nous faire louper de bonnes poillades ou de jolis débats. Pas simple. Alors je réfléchis dorénavant à deux fois avant de commenter ou d’aimer.
Le phénomène n’a pas lieu que sur facebook. Instagram devient aussi de plus en plus radin en like. Pas sure que ce soit pour les mêmes raisons. En a-t-on marre de la 300e photos de burger, de chat ou de rayon de soleil ? Surement, mais pas que. Tout est toujours question de notoriété… Rappelez-vous, les réseaux sociaux sont une véritable dictature de l’influence et du paraître. Quelques règles essentielles :
•Sur facebook : avoir un maximum de « j’aime ». Pour dire à tout le monde que notre marque/blog/entreprise/projet est vachement populaire et encore plus que le voisin.
• Sur twitter : être suivi par un maximum de personnes, et en suivre le moins possible.
• Sur instagram : c’est comme sur twitter et facebook. Suivre personne, être suivi, et obtenir un max de like sur ses photos sans jamais en donner.
Si vous réussissez sur ces trois points, vous serez peut-être quelqu’un d’influent pour les autres, et vous vous prendrez peut-être en photo en culotte en pensant être quelqu’un.

Mais aujourd’hui, cette dictature a son revers de médaille. Les gens ne « like » plus. Tout court. Les gens ne suivent plus. Tout court. En tout cas, il existe un réel tri drastique. On ne distribue plus ses like et follow comme on pouvait le faire il y a encore 1 an ou deux ans. Est-ce la mort des réseaux sociaux qui se programme doucement mais surement ? L’avenir nous le dira, mais je ne pense pas non plus. Pour parler de ma petite personne et de mon expérience, je suis connectée sur ses réseaux quasiment toute la journée. Je « like » très rarement, je consulte beaucoup, je trie mes pages et mes follow, mais je reste à l’affût des bons posts, des bonnes news et des bons projets.

Aujourd’hui mon « j’aime » a un véritable sens. Quand j’aime, ce n’est plus pour flatter madame michu, mais parce que j’aprécie vraiment. C’est donc plus rare, mais ça a surement plus de valeur non ?

Victoire.

9 Commentaires

  1. N’étant pas sur les réseaux sociaux, j’avais quand même présenti la tendance : si les likes et autres pépites se distribuaient avant comme des petits pains, passé l’effet de mode et la lassitude grandissant tout devient plus rare. Mais, Victoire, ce qui est rare est cher !

  2. Article intéressant. C’est vrai qu’on est beaucoup sollicité, on a trop de choses à suivre, et on s’y perd au final, donc je commence à faire le tri, à diminuer mon flux d’informations… Et à tout liker, ça n’a plus de sens, et en plus tout le monde peut nous stalker puisque Fb, Twitter, Instagram indiquent qu’on a fait telle chose… Donc quand on n’a pas envie que les autres sachent, et bien on ne fait rien…
    Mais là quand je vois que sur le compte Twitter que je viens de créer j’ai eu 7 abonnés en 5 minutes parce que je suis le compte d’un mec qui poste des citations, et donc que les comptes semblent se sont abonnés à moi pour se donner de la visibilité… Mais foutez moi la paix, jmef de vos comptes…
    Et les trucs pour acheter des like ou des follow, c’est ridicule… C’est juste quantitatif, mais quel est l’intérêt d’avoir plein de like/follow pour de faux? Jmef perso, je veux être likée parce qu’on a aimé ce que j’ai posté, pas pour des questions d’apparence… On est dans une sacré mentalité…

  3. Sur Facebook je sais que maintenant sur 10 abonnés de ta page seulement 1 à 2 personnes voient tes posts ….nouvelle mesure de leur part .. Je ne sais pas trop pourquoi mais il faut avoir un paquet de fans pour que plus de monde les voient … Bizarre comme systeme ! Pour twitter j’y suis rarement a part pour les articles de blogs et suivre certaines infos ! Ca va tellement vite que je n’arrive pas vraiment à tout suivre ! Le seul que je garde vraiment c’est IG et FB mais pas al ou IG ou rien qu’avec une image on passe le message !

  4. Tombée du lit ce matin je tombe sur ton article (merci petit algorithme de Fb) et il a remis en action mon cerveau de community manager un peu embué. Les jeunes fuient Fb parce que leurs parents y sont, les flux sont faussés par la monétisation des posts, la crise rend les gens plus individualistes et finalement que Roger puisse manger un pépito à 10h sur une plage des Îles Fidji ils s’en foutent ou pire encore ils pensent que Roger leur fait perdre du temps et au final le jalousent un peu du coup tri un like etc. Au début de l’âge d’or des réseaux peu de monde s’inquiétait de ce qu’on y publiait c’est désormais fini les utilisateurs ont compris que ces mêmes réseaux pouvaient se faire de l’argent à leur insu ( oh les vilains) . Le particulier s’inquiète de sa E-réputation et la marque de son référencement, on se méfie de son voisin ou on veut dépasser son concurrent on multiplie sa présence numérique au détriment de publication qualifiée … Oulala com long et pourtant je suis loin d’avoir tout dit 🙂

  5. Camille

    J’ai remarqué tout cela également, d’ailleurs j’ai abandonné fb, twitter et instagram pour pinterest … même si j’ignore encore pourquoi. On ne like peut être plus car dès qu’on like/commente quelque chose, ça s’affiche dans la colonne tout à droite et tous nos contacts le voient, la moindre action est exposée.

  6. Jara

    Super article Victoire, je me pose les mêmes question que toi. Aujourd »hui, je me dis même qu’on devrait supprimer ce système de « Like », qui est totalement faussé…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :