Welcome

#282 Ecriture bénévole, sommes-nous des pigeons ?

Avant de commencer, j’espère que ceux qui aiment venir passer quelques minutes par ici ne m’en veulent pas trop. Le blog est en mode estival depuis quelques temps, pas parce que je me prélasse sur la plage en bikini, mais parce que mon emploi du temps est ingérable. D’habitude le mois d’août est synonyme de repos et farniente, même au travail, mais pas dans ma boîte à priori. Je tenais à rassurer les quelques lecteurs inquiets, le blog ne ferme pas, il demeure et reviendra surement plus fort très bientôt, une fois que cette période de stress sera passée.

Revenons-en à nos moutons. Aujourd’hui je m’interroge sur une pratique sociale de plus en plus courante et qui foisonne sur internet : l’appel aux contributeurs bénévoles. Je bloggue depuis maintenant un peu plus de deux ans et je suis de plus en plus sollicitée pour participer à des webzines, autres blogs… Par des marques, ou des blogueurs comme moi, qui cherchent du contenu différent, une nouvelle plume, un oeil expert ou que sais-je.

Au début du blog, j’avoue avoir été très flattée. « Chouette, des gens me lisent, aiment me lire et souhaite « travailler » avec moi ». Le web est une grande famille, on s’aime tous, et on fait tous des blogs par passion et passe-temps, de manière inintéressée. La contrepartie évidente : de la notoriété supplémentaire, des lecteurs sur « Une raison par jour » en plus, et de plus en plus de raisons de s’exprimer sur plein de sujets, en sortant parfois de la thématique du blog.

Après j’ai repris mes esprits et laissé ma naïveté au placard. Ces internautes qui souhaitent ta collaboration, souhaitent évidemment que tu leurs amènes des lecteurs/lectrices, que tu promeuves leur site, et que tu leur apportes du contenu… bénévolement. La contrepartie paraît de suite plutôt faible. Ce traffic supplémentaire, ce contenu gratuit permet de générer un meilleur traffic publicitaire, de nouveaux partenariats et autres contreparties bloguesques que vous connaissez tous et qui peuvent vite compter pour quelques euros non négligeables.

Alors je me dis, écrire bénévolement pour d’autres blogs ou webzines pour la gloire ? Alors que le webmaster en tirera tous les profits, à quel moment je deviens un pigeon ?

Ces questions peuvent surement vous paraître déplacées, mais elles me semblent malgré tout naturelles. Je ne fais pas ce blog ici pour me monnayer et espérer en vivre, bien au contraire. J’ai, personnellement, trop peu de temps à lui consacrer pour me dévouer sur d’autres supports pleinement. Essayant de garder de la qualité dans mes écrits ou dans les sujets que j’aborde (selon moi, tout est relatif bien sûr), je me dois de garder ces principes sur mes contributions extérieures… et plus le temps manque, plus les questionnement sur ces pratiques grandissent.

En parcourant mon meilleur ami twitter, je me rends compte que les appels aux contributeurs extérieurs explosent, que nombre de blogueurs veulent créer des communautés de rédacteurs bénévoles… Mais il reste derrière toujours un ou une chef, qui en tirera les avantages pécuniers. Les partenariats affluants sur ces sites, suite aux nouvelles collaborations, amènent de l’argent qui est rarement redistribué. Les cadeaux des marques pour des articles plus ou moins sponsorisés sont parfois eux remis aux contributeurs… ou pas. Ca commence sérieusement à me choquer.

Qu’en pensez-vous mes chers lecteurs ? Pour ceux qui bloguent, participez-vous à d’autres webzines ou blogs que le votre ? Si vous trouvez que je suis complètement à côté de la plaque, exprimez-vous.

Bonnes vacances à tous,

Victoire.

9 Commentaires

  1. Paula

    Tu n’es pas à côté de la plaque, tout va bien.
    Moi ce qui m’a le plus choquée dernièrement et je peux citer, le sogirlyblog, c’est que cette blogueuse offre des cadeaux aux lectrices les plus assidues, enfin celles qui laissent le plus de commentaires.
    Toutes ne le savent pas, mais d’une ce n’est pas du tout réglementaire et de deux c’est encore une fois une technique pour lui générer plus de trafic et donc plus d’argent au final car, et cela me semble normal, quand un blog génère de nombreuses visites il peut recevoir un petit pécule à la fin du mois. (Mais qui, oui je le sais, ne fait pas vivre loin de là).

    En soit cette technique n’est pas idiote dans la mécanique mais dans son rapport avec ses lectrices/lecteurs pas très glamour…
    Je précise que ce n’est que mon avis, mais en même temps, c’est aussi le Tati des blogs donc plus rien ne m’étonne…

    Bises
    Paula
    P.S : Il faut continuer d’écrire Victoire, sponso ou pas sponso du moment que c’est ta plume qui traduit un ensemble c’est agréable à lire !

    • Bonjour Paula,

      je me permets de te répondre directement. Si j’offre des cadeaux aux lectrices les plus assidues, c’est avant tout dans une optique de récompenser le temps que passent ces mêmes lectrices à lire mon blog. Cela ne me rapporte pas d’argent ni de nouvelles lectrices puisque de toute façon, ce sont toujours les mêmes lectrices habituées qui sont dans le top du classement depuis plusieurs mois.

      Je ne vois pas en quoi mon rapport avec les lectrices n’est pas très glamour. Qu’entends tu par là ? Si tu lisais le blog régulièrement, tu saurais qu’il y a un véritable échange entre moi et mes lectrices, que je prends le temps de répondre à leurs commentaires et de leur répondre également sur les réseaux sociaux où je suis très active.

      Je ne sais pas ce que je t’ai fait pour mériter également le surnom de Tati des Blogs, mais si cela signifie que mon blog est populaire et propose des choses à petit prix, alors je le prends comme un compliment. Je préfère être comme ça plutôt que les blogueuses qui proposent des tenues hors de prix et qui ne prennent pas le temps d’établir un échange avec leur lectorat. 😉

      Enfin, si tu as 5 minutes, je t’invite à lire mon article d’aujourd’hui, peut-être comprendras-tu quelles sont mes raisons de bloguer ? http://www.sogirlyblog.com/2013/08/so-girly-blog-4-ans/

      Bonne continuation,
      Amélie

  2. Ton billet reflète particulièrement bien tous les aspects qui m’ont rebuté dans mes différentes collaborations et qui m’ont fait quitter les webzines participatifs ou communautés (jeux vidéo, lifestyle…) auxquels je contribuais avant. En effet, on écrit pas pour la gloire ni pour quoi que ce soit en retour (à part un peu de notoriété qu’on aurait tout aussi bien sur son propre blog quand l’article plaît) mais de là à ce qu’un autre récolte les lauriers quand tu t’es personnellement donné du mal, je dis non. D’autant que même si ton pseudo apparaît, il est rare que le « propriétaire » du site linke le blog du rédacteur de l’article. Pour ma part, il m’est même arrivé de faire un long travail de correction et de modération (donc sur des articles que je n’avais même pas rédigés moi-même) pour lequel je n’ai jamais été remerciée… Du coup je dis non à toutes les propositions de collaboration de ce type ou de participation et j’aime autant écrire pour mon blog. De plus, les gros webzines ont tendance à être mis en avant. Je m’explique : Si du haut de ton petit blog, tu écris un billet sur le même thème que celui d’un site participatif, tu peux être sûre que ton article passera inaperçu à côté de celui du webzine alors qu’il s’agit toujours des même « petites mains ». Du coup, en terme de visites et de notoriété, tu passes après. Pour finir, les détails que tu donnes au sujet des partenariats et sponso, ça me fait penser à un webzine (non, je ne donnerai pas de noms) qui m’avait proposé une place de contributrice que j’avais refusée car au final, la « propriétaire » du site ne déléguait aux autres que les sujets « ennuyeux » qu’elle ne voulait pas traiter elle-même et se réservait toutes les meilleures collaborations avec souvent, de jolies choses à la clé. Tout cela sans évidemment en faire bénéficier qui que ce soit. Donc non, tu n’es pas à côté de la plaque et tu as bien su résumer les choses. 😉 Pour ma part, s’il m’est arrivé de jouer le jeu, j’en suis bien vite revenue et on ne m’y prendra plus.

  3. PS: J’ajoute que posséder un « bon » site collaboratif, je ne vois pas ce que cela apporte réellement à la personne qui l’a créé dans la mesure ou elle ne s’implique que très modérément. Si notoriété il y a, cette personne sait qu’elle ne se la doit pas à elle-même…Et tout le monde devrait en prendre conscience et tenter d’en apprendre plus sur chaque rédacteur qui a sans doute un blog intéressant et un bon contenu.

  4. J’ai été « recruté », voir « rejoint » sur « petite annonce twittée », de Facebouk à Twitteur par deux webzines :
    Le premier c’était Actualitté.com : je dessinais sur la littérature et la pédagogie scolaire, je me moquais des plus grands écrivains, voir des plus pénibles… je n’hésitais pas à me moquer de Nick Rodwell le co-Pdg de « Moulinsart S.A » , co-gérant du patrimoine Hergé, roi de nombreux procès et de l’insulte facile à un moment. Le rédac’chef m’a fait venir à Paris, train offert, mais pas l’hôtel ( de ma poche, soit disant remboursé, mais jamais remboursé en fait ! ). Il m’a viré suite à un vilain ragôt d’une attachée de presse qui lui a dénoncé mon intervention dans un débat ouvert sur le Manga, où un des éditeurs critiquait les chroniqueurs BD ; « ils ne font pas le travail.. « . ce à quoi on peut imaginer ma réplique derrière sur une expérience avec un éditeur manga, son attaché de presse … ( un mec ! c’est rare ! ). Résultat des courses : J’ai été viré pour avoir donné une soit disant mauvaise image du webzine, pourtant je parlais de mon expérience au MAGUE, et non de Actualité. Pourtant mes dessins sur ce site était la première page vue , et ça attirait les visiteurs, un sacré coup de boost, avec de très bon retour, y compris des attachées de presse, et même des écrivains … ! Mais l’attachée de presse m’a vue pique-niquer avec le rédac’chef de Actualitté, et en a fait ses conclusions. On n’a pas voulu me croire. Viré (et pourtant j’y étais bénévole .. avec un dessin par jour, j’en faisais en fait 3-4 facile par jour selon l’actualité littéraire )
    Le petit point positif , depuis Actualitté, j’ai dessiné Eric Naulleau , il m’a repéré ,il m’a adore … Il m’écrit un premier mail, puis d’autres, je lui ai offert les dessins en haut définition ( je dessinais direct à la tablette , pas de scan .. ). Quand je lui ai raconté mon éviction de Actualitté, il a été un rare, voir le seul , à me soutenir. Je lui ai proposé d’illustrer ses éditos pour l’émisison « ça balance à Paris » sur Paris Première. Le tout au bénévolat. Il a accepté et approuvé l’idée, en plus de la production. Bon, après il y a eu un désaccord avec la production qui passait mon dessin soit n’importe comment, soit pas du tout, ou même sans préciser mon nom et mes coordonées email et blog. J’étais traîté encore pire qu’un chroniqueur de Morandini ou un candidat de TV Réalité. Naulleau en était triste et désolé, et moi de même. Mais ça reste une chouette expérience, lire du Naulleau dans le texte ou dans un e-mail, ça respire la classe ! La belle phrase tournée ! Je suis toujours en contact avec Naulleau. Je me suis pas senti pigeon. Il m’a tout de même dédomagé en me payant un dessin. ( le rythme était de deux dessins par semaine… pour deux émissions à la fois qui étaient enregistrées.
    Je ne sais pas si Actualitté fait gagner des bouquins… il y a des chances, je ne sais pas … et je m’en fiche. De cette expérience, j’en garde un avis malsain par le biais de son rédac’chef … !

    La seconde, j’étais recruté par BEDEO. Il fallait que je fasse ce double effort de ne pas écrire la même critique BD sur les deux sites. Et en plus, je ne devais pas écrire une mauvaise ligne ! Fallait être tout bisounours. Je m’y suis collé. Puis assez vite, je me retrouve propulsé au rang de « correcteur-superviseur » des articles BD, si il n’y avait pas d’erreurs dans les mots choisit sur le dessin, ou les images, mettre la touche « historique » sur la bio d’un auteur, les références qui peuvent s’additionner à une BD etc … Mais mes conseils avisés n’ont jamais été pris en compte. Et beaucoup d’articles ont été mis en ligne avec un tas d’inepties, là où des articles méritaient plus de détails etc… c’était bâclé ! L’explosion a été pour Angoulême, au moment du FIBD. Un article qui descendait en flèche le Grand Prix : WILLEM , il n’était pas « légitime » par rapport à l’auteur de Dragon Ball Z, alors que ce dernier a eu le prix anniversaire 40 ans. Bouh. Sutie à ça, deux femmes contre un mec ( moi ) : Dehors. Viré. Les articles déposés virés aussi … PIGEON … voooooLe !

    Ma plus belle expérience est avec Frédéric Vignale ! D’un site consacré à Jean-Pascal de la Starac’1 ( l’Agitateur) au MAGUE où j’en suis un pilier … où je suis libre de faire mon pigeon, de parler BD comme d’une découverte américaine, avec interview de Hollywood Superman, du producteur d’une websérie Kurt Patino, l’actrice Kelly Stables, à la dessinatrice italienne de Ultimate Spider-man : Sara Pichelli … Je ne pense pas que je pourrais faire ça ailleurs ! Vive le MAGUE !

  5. Ah oui ,au MAGUE, pas de cadeaux, on marche sans un sous… juste le clic de la bannière pub etc… J’ai tenté un concours une fois pour gagner des BD sur celle « collector » des 25 ans de mariage des Bidochon, et l’arbook de Binet ! ( la classe ce livre ! chez Fluide Glacial, si vous le trouvez encore ! un talent incroyable à la peinture ! ) . ça n’a pas vraiment marché, jamais eu de réponses… pourtant la question était facile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :