Welcome

#118 Une question de priorité.

Salut les internautes 🙂

Hier Apple a annoncé son Ipad 3 et aujourd’hui H&M délivrait sa nouvelle collection évènementielle Marni. En ces temps de crise, il est de bon alloi de se poser quelques questions, suite aux engouements que ces deux évènements marketing ont provoqués.

Il paraît que nous sommes en crise depuis quelques mois, voire des années. Nous ne sommes pas prêts d’en sortir, et le devoir du prochain président à la république sera à priori de nous amener vers le bout du tunnel, avec le moins de sacrifices possibles. Pendant ce temps, on lit partout dans la presse que les gens sont malheureux, qu’il y a de plus en plus de chômage,  que les loyers explosent partout en France et je vous parle pas du prix de l’essence, de la TVA qui va augmenter (ou pas?) etc. Bref la panique générale, on va tous finir sous les ponts.

Et bien pendant ce temps, les stations de ski affichent complets, et les gens (qui semblent donc tous avoir des RTT ou en effet être au chômage) font la queue devant chez H&M en pleine semaine. A 12h, Le groupe de prêt-à-porter suédois annonçait que ses magasins parisiens étaient en rupture de stock. On parle bien d’H&M pas de Chanel, c’est monsieur et madame tout le monde qui y va, pas la famille Bruni-Sarkozy (quoi que Carla doit peut-être y faire un tour de temps en temps). Bien sûr, il y a des riches, il y en aura toujours, on a 10% de chômeurs donc 90% de la population active qui bosse. Le commerce fonctionne, et sauf en cas de troisième guerre mondiale, on devrait encore consommer dans les mois à venir.

Mais mon cheminement ne s’arrête pas à se constat. Car en effet, je vois les effets pervers de cette « crise » autour de moi, pas plus loin qu’au travail. 2 de mes collègues, une fille et un garçon, d’une trentaine d’années chacun, salariés avec des revenus pas dingues mais décents, reflètent une tendance qui me choque profondément. Ces deux energumènes ont décrété ne plus manger le midi. Ou alors un midi sur 5, pour éviter de faire un coma. Dingue. Et bien oui, il faut raboter dans le budget. Le logement, pas le choix, les transports non plus, il reste donc au choix : le budget loisir, le budget alimentaire, le budget énergétique (elec/gaz/fioul).

Et bien, vous avez deviné, je vous le donne en mille, le premier budget qu’on réduit, c’est la bouffe. En second le budget énergétique, car en effet j’ai rencontré aussi des gens qui ne se chauffaient pas cet hiver, même pendant nos semaines à -20°. Par contre, ces même gens sont partis au ski une semaine, et ont acheté le dernier pull à la mode. Question de priorité donc.

On vit dans un monde bizarre quand même… Les besoins vitaux sont donc devenus avoir un ipad et un t-shirt H&M griffé ? Toute la journée, je lis des filles se plaindre de ne pas avoir de sous, mais qui vont se ruiner sur un sac couture hors de prix. D’autres qui vont rechigner à payer 2 euros de frais de port, mais s’envoler pour New York, la Thaïlande et Tokyo la même année. Je travaille à Neuilly sur Scène, fief de Sarkosy et de la France riche. La crise je devrais la vivre de très très loin et pourtant je m’étonne tous les jours de voir les mamies en vison compter leur pièces de 2 centimes pour payer au marché et négocier chaque article. Lunaire.

On marche quand même un peu sur la tête, vous ne trouvez-pas ? Avez-vous des anecdotes de ce type, ou qu’en pensez-vous ? C’est peut-être moi qui suis à côté de la plaque… je me le demande vraiment parfois.

Victoire.

Une jolie conclusion qui résume parfaitement ma pensée de la part de Badinerie Moderne :

« Quand on est malheureux autant soigner son paraitre, c’est se mentir à soi-même.. Sauvons les apparences c’est tout ce qu’il nous reste, parce que le respect de soi ça fait longtemps qu’on l’a vendu. »

30 Commentaires

  1. C’est la pyramide de Maslow qui marche sur la tête… je suis choquée par ce que tu dis, partir au ski et ne pas se chauffer en hiver…
    Quand on est malheureux autant soigner son paraitre, c’est ce mentir à soi-même..

    Sauvons les apparences c’est tout ce qu’il nous reste, parce que le respect de soi ça fait longtemps qu’on l’a vendu.

    Bises

  2. Trés bonnes impressions

    Autre exemple : les gens qui habitent en HLM mais roulent en BMW ou en Audi … pas de sous, sauf pour la sacro-sainte bagnole (qui devient d’ailleurs de plus en plus une pompe à fric)!

  3. Certes c’est la crise mais j’ai l’impression de ne manquer de rien. Mon salaire n’est pas mirobolant mais il est tout à fait décent.

    Je ne me prive pas pour mes besoins « primaires » à savoir : me loger, me nourrir le corps et l’esprit. Alors certes je n’ai pas le dernier sac à main à la mode qui coûte 1 000 euros, je n’ai jamais mis les pieds dans une boutique Sandro, mais je crois être plutôt heureuse.

    Les gens ont complètement perdu le sens des priorités et le rapport à l’argent et au paraître est devenu tout simplement indécent.

  4. Au-delà du paraître, je pense surtout que pas mal de gens essaient de continuer à essayer de se faire plaisir pour oublier la conjoncture, les incertitudes sur leur avenir, les problèmes au travail : « on ne sait pas de quoi sera fait demain, donc profitons de ce qu’on peut encore sauver… »
    Perso, il m’arrive aussi parfois de faire des choix qui m’étonnent^^ même si je reste une fille super raisonnable à l’affût des bons plans pour me faire plaisir sans payer le prix fort 😉 D’ailleurs cette recherche de bons plans devient une tendance de plus en plus forte : parmi les gens qui sortent énormément au resto, qui partent en vacances, ou se paient des grandes marques, combien paient au vrai prix ? De moins en moins. Ce qui donne une impression d’opulence, alors que pas forcément… (c’est ça le secret^^)
    Ensuite du moment qu’on ne demande rien à personne lol…
    Bises ❤

    • Oui c’est vrai, tu as raison. L’affluence des ventes privées, ventes presse, promo en tout genre, vide dressing et j’en passe. Ca aide beaucoup.
      Merci pour ton commentaire 😉

  5. CoraRoZ

    Effectivement, tout est une question de priorité. Certains sont réellement pauvre, attention… Mais y en a vraiment marre d’entendre des petits riches se plaindre à longueur de journée. A un moment il faut savoir reconnaître que c’est de la radinerie ou tout simplement un choix parmi plusieurs luxes.
    Pour ce qui est des chiffres, s’il y a 10 % de chômeurs en France, cela ne signifie pas qu’il y a 90 % d’actifs. N’oublions pas les enfants, les retraités, les handicapés complets et autres invalides ou en incapacité de travail. ;0)

  6. Je partage tellement ton opinion.
    Je suis toujours outrée à l’approche des fêtes de Noël de voir ô combien les gens (le français dit « moyen ») peut claquer.
    Des personnes très proches de moi se plaignent en permanence de l’augmentation de la taxe d’habitation, du loyer ou de l’essence mais dépensent une thune folle en consoles, fringues et autres choses tellement secondaires.

    C’est encore « pire » sur twitter de voir certaines nana chouiner que bouh elles n’ont pas de sous sous et voir les blog regorger de balenciaga et autres sneakers isabel marant.

    Donc oui je pense que les priorités de l’un ne sont pas les priorités de l’autres.
    Personnellement je préfère claquer mes sous dans un caddie bien garni, avoir un toit décent et banquer mon électricité: si je n’ai pas les dernières chaussures à la mode ou si je ne pars pas à new york alors tant pis.

    Ceci dit je suis également choquée de voir à quelles point certains/certaines peuvent claquer du fric dans des conneries et surtout claquer du fric en permanence perdant ainsi la valeur des choses.

    Voilà voilà. Cool article en tout cas mais bon…comme d’hab
    🙂

  7. je suis prof, et ce n’est pas rare de voir des gamins sans fournitures, ou plus grave, sans lunettes par exemple, mais avec les dernières chaussures ou la dernière console à la mode.
    affligeant !

  8. Je suis tellement d’accord avec toi…. QUand je vois des filles qui se plaignent alors qu’elles s’achètent des bijoux et des vernis sans parler des fringues, tous les jours! Moi, je n’achète que mes mags et les courses! Avec 400 euros par mois, tu e peux pas te ruer sur la collection Marni! Mais bon, j’espère que ça changera 🙂 Bisous!

  9. Étant de l’autre côté, vendeuse, je vois tous les jours ces gens qui dépensent dépensent sans arrêt en temps de crise. Mais lorsqu’on parle avec, on découvre de ces trucs : crédit à la consommation (« ça y est c’est ma robe j’ai finis de la payer » déjà entendue), toujours à découvert qui commence deux jours après la paye, des gens qui se prive de nourriture pour un pull (au moins ils pourront le chopper en 36 voir 34 lol),….Cela fait longtemps que je n’essaie pas de les comprendre lol.
    En tout cas bon article 😉

    • Oui, en effet, pour éviter de faire un article de 10 pages, je n’ai pas parlé de ce que tu viens de citer, j’en connais aussi beaucoup dans ces cas-là (crédit à la conso tout ça). O_o

  10. C’est vrai tout ce que tu dis et ça fait réfléchir. Ca m’arrive aussi de craquer sur quelque chose et de m’en vouloir après…C’est important de se faire plaisir de temps en temps mais sans tomber dans l’addiction !

    • Bien sur, il faut se faire plaisir, on est pas en temps de guerre non plus ! Mais ca me choque de se priver de nourriture ou de chauffage pour des choses futiles ! :O
      Bises 😉

  11. oui, tes amis célibataires … oui .des cadres supérieur tout ça … touchent au dessus du smic, bien au dessus… ?! Tes amis qui n’ont pas d’enfants à charge ?! Qui ne sont pas ouvrier dans la métallurgie par exemple ?! ou alors ceux qui sont en collocation parce que en solo; ils auraient bien du mal à payer le loyer ?!
    Rappelle moi : as tu une voiture ?! essence ?! Révision ?! Contrôle technique obligatoire ?! Réparation soudaine ?! assurance voiture ?!

    Voilà Victoire, tu le sais , je suis au chômage, RSA …là en ce moment, pas les moyens de me rendre au ski ni chez H&M avec leurs fringues pourris, je n’ai pas l’écran plat, je ne fais pas de crédits révolving car vu que je ne comprend pas déjà sur le panneau comme ça se déroule, autant ne rien faire, surtout quand c’est écrit en tout petit petit, les lignes là, qui font mal !
    Le seul instant vacances que je prends, c’est l’été, en août, Solliesville, festival BD, et encore c’est à côté de chez moi ce village. 20mm voiture.

    Pour le loisir ; mon budget BD est réduit, je reçois tout en service presse , pour les DVD – non je n’ai pas de blueray , pas de tv LCD… j’attends de me les faire offrir à mon anniversaire, voir d’attendre la promo de 5 pour 30 euros ou 20 euros les 3 … le ciné : pour la 3D , dimanche matin, supplément offert, et only this day … sinon j’attends la promo de la place pas cher, y’a qu’un seul ciné dans le coin ! monopole Pathé , et encore avant j’y allais un peu plus souvent, j’avais une carte à 5 euros la séance, le groupe Pathé l’a supprimé. et l’abonnement à 20 euros/mois, quand je sais qu’il y a des mois où je n’y vais pas du tout. perte d’argent inutile.
    Alors oui, je fais à la débrouille, au comme je peux, avec encore quelques nombreux soucis.
    Mais j’arrive à faire des économies pour au moins offrir encore des cadeaux à la famille pour noêl, fêtes diverses, et anniversaires.
    ha ! et je n’ai pas internet sur mon mobile.

    Par contre, si tu peux dire à certains employeurs d’arrêter de me considérer comme « trop loin », dès que j’envoie un CV à 45-50mm de train de chez moi, dans la même région, juste le département à coté … ! ( où même si je mettais à chercher à Paris )

    Ha j’aurai aimé aller à Paris ! voir cette pièce « la jeune fille et la mort » dont j’ai réalisé l’affiche… désolé. pas les sous autant pour m’y loger pour une nuit, que de prendre le TGV même … !

    • C’est bien ce que je dis. Tu fais parti des gens qui patisse de la crise, ou tout du moins du chômage. Mais ceux qui travaillent, avec un salaire nettement au-dessus du RSA, et qui préfère claquer 800 euros dans une semaine au ski que 3 euros dans un sandwich le midi pour se nourrir, c’est un monde que je ne comprend plus.
      Mes amis sinon… j’ai de tout autour de moi, des gens qui bossent et qui n’arrivent pas à payer leur loyer exorbitant, d’autres qui retournent chez papa maman pour éviter de s’endetter à coup de crédits, et encore d’autres qui roule en audi et vivent dans le centre de Paris. Il faut de tout pour faire un monde, la victimisation n’est pas le sujet du jour, juste que le rapport entre les priorités vitales (se nourrir, se loger, se chauffer) évolue aujourd’hui, c’est une constatation.
      Bon courage Julien 😀

  12. Comme tu le dis si bien dans ton article les gens oublient le sens des priorités ils sont dans le paraitre exclusivement, par contre ceux qui sont vraiment dans le besoin essaie de le cacher par pudeur, je suppose, moi aussi à l’époque ou j’étais vendeuse j’ai connu des clientes qui claquaient leurs payes en fringues et c’est maman qui payait le loyer, un super article.

  13. Je partage ton avis. Je l’ai surtout vu dans les milieux « défavorisés » (j’ai travaillé en centre de loisir, et ma mère est directrice d’école en banlieue parisienne), les parents n’ont pas d’argent pour acheter les bouquins, fournitures scolaires, lunettes et compagnie à leurs enfants, parce que c’est cher (et certes, ça l’est), mais ils ont tous des supers baskets et des consoles de jeux. La société de consommation nous « force » limite la main. Nous sommes assaillis par les nouveautés, et les produits en tout genre, comment résister?
    Et en même temps, je pense que beaucoup de gens savent faire la part des choses (notamment la plupart des parents). Ils savent où sont leurs priorités. Les jeunes (comme moi) encore sous la coupe de leur parents le savent peut-être moins, mais nous apprendrons lorsque nous serons indépendants. Du moins je l’espère.
    Pour moi, cette réaction persiste parce que les gens veulent continuer à se faire plaisir, ce n’est pas forcément un choix judicieux, mais c’est compréhensible, même si je l’avoue, ça me dépasse un peu (disons que je ne me vois pas faire ça).

    En tout cas, ton article était très bon!

    Bisous 🙂

  14. Un Blog, Une Fille

    C’est vrai que je n’irai pas me priver de chauffage pour m’acheter plus de fringues ou autres mais manger moins… je ne vais pas aller jusqu’à m’affamer lol mais chez nous, avec l’homme, on a décidé qu’on avait le stricte minimum pour manger c’est à dire que nous n’achetons rien à grignoter: pas de gâteau sucré, pas de bonbons, pas de biscuit apéro… Tout ça en temps normal nous n’avons pas dans nos placards à part lorsque nous invitons des amis bien sûr. Mais ce n’est pas quelque chose de nécessaire à la vie de tous les jours.
    Je pense aussi que les gens ont aussi besoin de se faire plaisir pour oublier qu’au bureau ou peut-être même chez eux les choses ne vont pas bien. Le fait de se faire plaisir est tout de même important à mon sens.
    Et puis comme le disait je ne sais plus qui dans les commentaires plus haut, toutes les réductions, bons plans aide pas mal. Tant que cela ne m’est pas ton compte dans le rouge… ;D
    Et puis je pars du principe aussi que chacun fait bien ce qu’il veut tant que cela n’a pas de conséquence sur autrui… Chacun fait sa vie comme il l’entend.
    Je suis dépensière mais jamais par contre je n’irais mettre mon compte dans le rouge pour me faire plaisir… C’est ma règle en fait, lol!

  15. Effectivement c’est légèrement radical.
    Moi je préfère largement me passer d’un pull ou d’un sac… non pas du sac.
    C’est pas évident mais si tu dois vraiment faire des concessions, ça s’apprend !

  16. Le frère de mon homme a un collègue (ingénieur en SSII) qui s’est payé une ferrari et mange des pâtes midi et soir depuis 6 mois.

    Certes, en France parler de fric dérange, ça dérange tellement que si l’on s’écoutait, on serait tous sans le sous, mais à côté … Il suffit d’aller une journée entière du côté des caisses à Ikea. C’est à se demander combien de repas, de mois de chauffage et de vacances se perdent pour (liste non exhaustive..) une table lack, une housse de couette à fleurs, des bougies et un énième vase à bambou.

    Comme tu dis, c’est une question de priorités et nous n’avons pas tous les mêmes valeurs.

  17. Camilloute masquée

    Bien d’accord avec toi ma petite Victoire ! Rappelons-nous nos années 80’s et nos petits copains qui semblaient avoir tout : le câble avant tout le monde, les Nike Air avant tout le monde, les parents divorcés avant tout le monde…. Combien de fois ai-je demandé « maman maman quand est-ce que tu divorces ? » et « c’est vraiment trop injuste, je n’ai pas la super doudoune chevignon » et « je ne peux pas prendre un snikers dans le distributeur du lycée »…. et j’en passe !
    Le temps passe et rien ne change ! Les Nike sont devenus sac à main ! Question d’éducation et de priorités ! Et puis flute, pourquoi claquer son slip une fois de temps en temps dans ce qui nous passionne : voyage, resto,… chacun son truc ! Mais s’empêcher de manger, mais ils sont fous ces gens !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :